Parler d’Europe

18.01.2019

Eurodistrict Strasbourg-Ortenau

Une réponse transfrontalière commune au défi de  l’accueil des réfugiés

1 enfant sur 200 dans le monde est un enfant réfugié. Face à ce constat et à l’afflux d’enfants et d’adolescents réfugiés depuis 2015, de nombreuses structures associatives, collectivités locales et fondations se mobilisent sur le territoire de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau afin de mettre en place des actions visant à une meilleure intégration de ces jeunes réfugiés. A la frontière franco-allemande, l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau a, depuis 2015, décidé de la mise en place d’un Fonds enfants réfugiés.

En effet, les acteurs français et allemands mettent parfois en place des projets ou actions qui pourraient bénéficier à un public de l’autre côté du Rhin. Ainsi, le Fonds enfants réfugiés permet de créer une synergie entre les initiatives et de proposer une réponse commune à l’accueil et l’intégration des réfugiés de part et d’autre de la frontière.


Rencontre avec Lauréline Flaux, chargée de projets (Éducation, Sport, Santé, Affaires sociales).

L’Eurodistrict, une « collectivité territoriale transfrontalière »

L’Eurodistrict est constitué sous la forme d’un groupement européen de coopération territoriale (GECT). La structure est régie par un statut de droit français car son siège juridique se situe à l’Eurométropole de Strasbourg. Toutefois, ses locaux se trouvent à Kehl.

Depuis décembre 2018, la Présidence du Conseil de l’Eurodistrict, qui tourne tous les deux ans, est assurée par Roland Ries, maire de Strasbourg. Frank Scherer, le Landrat (équivalent du sous-préfet en France) de l’Ortenaukreis est Vice-Président. Le Conseil est composé de 50 élus siégeant au Conseil de l’Eurodistrict (25 Allemands et 25 Français). Ce Conseil, qui prend des décisions communes, donne à l’Eurodistrict un mandat politique afin de mener à bien des projets communs.

Le Secrétariat général de l’Eurodistrict Strasbourg Ortenau est composé de la Secrétaire générale Anika Klaffke, ancienne étudiante du Master, de 4 chargées de projets, une chargée de communication, une assistante et une comptable.

Qu’est-ce que le Fonds pour les enfants réfugiés ?

L’objectif de ce Fonds est de subventionner des projets ou actions qui permettent de faciliter l’intégration des enfants et des adolescents réfugiés de 0 à 25 ans sur le territoire de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.
« La particularité de ce Fonds est qu’il n’est pas 100% franco-allemand. Les associations ne vont pas forcément monter des projets franco-allemands, car la plupart des jeunes réfugiés ne peuvent pas franchir la frontière, ils ne peuvent pas sortir de leur pays d’accueil. »

Comment le Fonds a-t-il vu le jour ?

A l’origine de ce Fonds, la Ville de Strasbourg et plus particulièrement Nawel Rafik-Elmrini, adjointe au maire de Strasbourg et notamment en charge des affaires européennes et internationales et des droits de l’Homme dont la mobilisation politique a permis la création du Fonds en 2015. Le 3 décembre 2015, le Conseil de l’Eurodistrict approuve la création du Fonds.

Quel type de projets ou actions peuvent être financés par le Fonds ?

« Il ne s’agit pas de projets structurants pour le territoire de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau ». L’objectif premier est de financer des dispositifs concrets facilitant l’intégration des enfants et des adolescents réfugiés sur le territoire de l’Eurodistrict en leur permettant de vivre des expériences positives dans leur nouvel environnement en opposition aux traumatismes qu’ils ont vécus. Les moyens utilisés peuvent être variés : activités
culturelles, apprentissage de la langue de manière ludique (ateliers de métallurgie, de vélonomie par exemple). Les acteurs ayant bénéficié du Fonds enfants réfugiés de l’Eurodistrict rencontrés notent tous que le processus de demande du Fonds puis d’accompagnement sont grandement facilités par l’Eurodistrict, contrairement à certaines subventions qui sont plus difficiles à obtenir.

Zoom sur le projet CorresponDance

Le projet CorresponDance, qui existe depuis 4 ans, consiste pour deux associations, l’une côté français, l’autre côté allemand, à « co-construire une chorégraphie » avec des jeunes réfugiés. Les réseaux sociaux et les vidéos permettent aux deux associations d’échanger sur l’avancée du projet. Le statut de réfugié ne permettant pas juridiquement de traverser la frontière, la rencontre physique pour effectuer la chorégraphie a lieu sur la Passerelle des Deux-Rives, à la frontière entre la France et l’Allemagne, ce qui confère une dimension symbolique très forte à cette première rencontre. Le Fonds enfants réfugiés permet ainsi de « faire vivre le territoire en tant que territoire transfrontalier » au-delà de l’interdiction juridique pour les jeunes réfugiés de franchir la frontière.

Situation actuelle. Et après ?

Le montant alloué à ce Fonds a évolué d’une enveloppe 30 000 euros en 2016 à 50 000 euros en 2017 et 2018. Les financements attribués aux projets ne peuvent excéder 2500 euros. Entre 2016 et 2018, le nombre de projets a également évolué, passant de 17 projets à 28 projets, ce qui signifie que les projets soutenus ont été plus nombreux mais ont bénéficié de moins de subventions issues du Fonds. Désormais, la classe d’âge s’étend de 0 à 25 ans (contre 18 auparavant), car les acteurs ont souligné que la « nécessité d’intégration et d’insertion (notamment par le biais de
l’apprentissage de la langue) concernait également la tranche d’âge supérieure ». Le choix de ce jeune public s’inscrit dans la continuité d’une volonté politique, à l’échelle locale et transfrontalière axée sur la jeunesse. La reconduction du Fonds en 2019 et l’élargissement du public cible montrent ainsi qu’il existe un « réel besoin » de mise en oeuvre de ces projets et actions afin de continuer à assurer une meilleure intégration des
jeunes réfugiés.

Bourse aux projets transfrontaliers pour acteurs jeunesse et réfugiés – Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, le 13 novembre 2018 à la Maison du Jeune citoyen à Schiltigheim

Cet évènement transfrontalier auquel nous avons assisté constituait la cérémonie de clôture du Fonds pour l’année passée et permettait la valorisation de 7 projets financés par l’Eurodistrict. L’objectif de la rencontre était principalement de créer une synergie entre les acteurs et de présenter les possibilités de financement pour les actions ou projets transfrontaliers.
Le travail de bénévole et les actions mises en œuvre ont été saluées, l’intégration des jeunes constituant un « élément stratégique » de la politique locale, comme l’a présenté Nawel Rafik-Elmrini.
Les acteurs présents ont tous souligné l’accessibilité du Fonds enfants réfugiés et la qualité du soutien au cours du montage et de la mise en œuvre du projet par l’Eurodistrict.

Maud SAVARIT, Flore SCETBON – 13 janvier 2019

Quelles sont les possibilités de financement de projets transfrontaliers pour les projets
et actions pour la jeunesse dans le Rhin supérieur* ?

  • Fonds pour les enfants réfugiés, Eurodistrict Strasbourg- Ortenau
  • Fonds classique, Eurodistrict Strasbourg-Ortenau : le projet doit être transfrontalier et bilingue, le porteur de projet se situer sur le territoire de l’Eurodistrict, le budget doit être partagé entre le partenaire français et le partenaire allemand, il s’agit de stimuler la rencontre entre les acteurs. Des exemples de projets financés par ce Fonds sont : le théâtre franco-allemand BAAL Novo, les championnats d’athlétisme de l’Eurodistrict, un guide d’excursions transfrontalières.
  • Fonds scolaire pour le bilinguisme, Eurodistrict Strasbourg-Ortenau : ce Fonds vise à promouvoir les échanges entre établissements scolaires et le bilinguisime. En décembre 2018, le Conseil de l’Eurodistrict a pris la décision d’augmenter l’enveloppe de 30 000 euros à 50 000 euros, le financement par projet ne pouvant excéder 5000 euros.
  • Appel à microprojets, INTERREG : Les projets doivent viser à mieux associer la société civile à la coopération transfrontalière sur le territoire de l’Eurodistrict.
    L’Eurodistrict aide au montage et au suivi du projet et accompagne les porteurs de projet.
  • Fonds de soutien de projets jeunes, Groupe d’experts Fonds de soutien de la Conférence du Rhin supérieur : ce Fonds est destiné au financement de projets bi- ou trinationaux pour des jeunes de 12 à 25 ans sur le territoire du Rhin supérieur. Le montant de la subvention par projet ne peut excéder 4000 euros.
  • Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) : l’objectif du projet doit être de stimuler l’intérêt pour la coopération franco-allemande ou trinationale, que ce soit la forme d’une rencontre, d’une exposition, d’une table ronde, etc. Le public visé sont les jeunes entre 3 et 30 ans.

*Nous concentrons ici notre étude sur ce public précis mais renvoyons au Guide des sources de financement des projets transfrontaliers dans le Rhin supérieur, édité par la Conférence du Rhin supérieur pour de plus amples informations concernant d’autres publics.

Témoignage d’ancienne étudiante

Lauréline est diplômée du cursus intégré franco-allemand entre Sciences Po Rennes et l’Université Catholique d’Eichstätt-Ingolstadt. Pour elle, la qualité essentielle à posséder pour travailler dans le transfrontalier est la polyvalence. Lauréline note également que le stage de fin d’année ainsi que le premier emploi « déterminent pas mal de choses ».

By |2019-02-24T00:10:19+00:00February 19th, 2019|CONTENT, Groupes de travail, rapportgroupe, Transfrontalier|0 Comments