Marine DE LASSALLE

Bonjour Madame De Lassalle, est-ce que vous pourriez me présenter votre Master en quelques mots ?

Alors, PEAP est un Master qui existe depuis une vingtaine d’années, et qui a vocation à former des professionnels des affaires publiques mais plus généralement tout ces professionnels qui, à Bruxelles et ailleurs (dans les Etats membres, dans les collectivités territoriales), ont pour fonction de faire des relations publiques au sens européen du terme, de la représentation d’intérêt, de la mise en relation entre des univers différents, mais qui peuvent aussi devenir des fonctionnaires européens, des parlementaires européens… C’est un Master qui vise à former de manière très large aux métiers de l’Europe.

Quels sont selon vous les 3 mots qui caractérisent votre spécialité?

Représentation, représentation d’intérêts, politique et affaires publiques européennes. Après si vous préférez des mots qui caractérisent nos étudiants, je dirai « intéressés », ce sont des étudiants qui ont d’une certaine manière des formes de vocation européenne, un très fort intérêt pour les questions européenne qui n’est pas départi de forme de critique, mais de la façon dont on critique des choses qu’on aime beaucoup.
Dynamisme, des étudiants qui sont reconnus pour leur dynamisme, leur force de travail et leur implication très forte dans ce qu’ils font. Et puis, je suis plutôt contente d’entendre que le Master et les étudiants ont une très bonne réputation. Souvent on parle très positivement des étudiants du Master, et celui-ci est de plus en plus reconnu et réputé un peu partout où il peut l’être.

Est-ce que vous pourriez me dire un mot sur le déroulement général de l’année en PEAP ?

C’est une année qui commence tôt, au moment du recrutement au mois de juin puisque désormais on recrute les étudiants sur dossier. L’année commence en Septembre avec 2 semaines d’intégration dans lesquelles les cours commencent, mais qui permettent aussi de socialiser les étudiants à la fois aux institutions européennes mais aussi aux institutions strasbourgeoises. C’est une manière pour nos étudiants de se connaitre, c’est une grosse promo (85 étudiants dans le Master PE cette année). On organise tout au long de l’année un certain nombre de travaux de groupe donc c’est important que les étudiants apprennent rapidement à se connaitre. On cherche aussi à créer des formes de transversalité entre les 3 Master. Entre la troisième semaine de Septembre et le mois de Janvier, il y a les cours qui se déroulent à l’IEP : il y a la fois beaucoup de cours, avec un tronc commun copieux, mais aussi des UE de spécialité qui permettent d’ouvrir les étudiants à certains savoirs faire professionnels importants, et puis les UE d’ouverture plutôt transversales qui ont vocation à affiner les parcours mais aussi à ouvrir les étudiants sur des thématiques un peu spécifiques. Tout cela représente un volume horaire assez copieux.

En plus les étudiants sont amenés à travailler au sein de groupes de travail au sein des quels des institutions partenaires définissent des missions, dont ils chargent les étudiants. Les étudiants ont 5 mois pour produire un rapport de groupe en réponse à ces missions.
Il y a aussi une série d’activités organisées par le Master et ses partenaires (ex: les Rendez Vous Européens de Strasbourg), des conférences, des débats, mais aussi des voyages d’études: Luxembourg en Novembre et Bruxelles en Janvier, qui sont 2 temps forts du semestre. Tout ça fait un volume de travail très important ! Mais on sait que les étudiants ont de la ressource. A partir du mois de Mars jusqu’en Septembre s’ouvre la période de stage, à combiner avec un mémoire de recherche pour les étudiants qui sont en double diplôme.

A quel type de profession votre Master prépare-t-il ?

On a beaucoup de Policy Officers, d’assistants parlementaires, de responsable de projets,  de responsables de programmes européens et de projets transfrontaliers. Je dirai qu’il y a 4 débouchés principaux: des métiers de l’Europe à Bruxelles, des métiers de l’Europe en dehors de Bruxelles (chargé d’affaires européennes par exemple), les ambassades et organisations internationales, mais aussi d’autres étudiants qui travaillent tout à fait à autre chose, une diversité que les travaux des étudiants qui travaillent cette année dans le groupe de travail dévolu à l’analyse des carrières des étudiants du Master devrait permettre de préciser davantage.

Selon vous quelles sont les principales qualités requises pour intégrer le Master ?

Certains pré-requis sont attendus: un parcours antérieur pluridisciplinaire, puisque nous proposons des cours de droit, de sociologie politique, d’économie.. il faut donc une sorte de propension à la gymnastique intellectuelle et à se sentir à l’aise dans la mobilisation de plusieurs sources de savoir et de plusieurs disciplines. Ceci étant, nos étudiants doivent avoir été formés à la science politique, car nous sommes spécialisés sur la politiques européennes et plus spécifiquement sur les politiques publiques européennes. Pour autant cela ne signifie pas que nous attendons exclusivement des profils « sciences po ». C’est important également d’avoir des étudiants qui ont déjà une connaissance de l’Europe: soit d’avoir suivi des études spécialisées sur l’UE, ou d’avoir eu un certain nombre de cours traitant de l’UE, ça peut être aussi le fait d’avoir une expérience professionnelle, un stage ou un mémoire sur l’Europe. Il y a un certain nombre de bases qui doivent être maitrisées par les étudiants.

Ce qui est également attendu c’est une capacité à être « multiculturel »: multiculturel de manière « disciplinaire », mais aussi une capacité à travailler dans des environnements internationaux. Le capital linguistique a donc son importance, mais là encore, ce n’est pas obligatoire d’avoir fait une année d’étude à l’étranger par exemple. Nous cherchons des profils qui peuvent être à l’aise dans des environnements multiculturels.
Nous attendons également des élèves qui ont des positions « fortes » sur leurs choix et leurs ambitions professionnelles, et éventuellement sur des domaines de spécialisation. On recherche des gens qui font des choix, qui peuvent les justifier.

Un conseil avisé aux étudiants actuels pour réussir au mieux leur année ?

J’ai l’impression de manière générale que cela se passe bien, les étudiants trouvent des stages relativement vite et plutôt conformément à ce qu’ils attendent, le Master a bonne réputation… Je pense qu’il faut néanmoins bien anticiper et bien s’organiser en terme de rendu des travaux, car cela demande une capacité organisationnelle forte et qu’on a introduit beaucoup de contrôle continu depuis cette année. Mais de manière générale, les étudiants réussissent leur année !

By | 2017-01-17T10:11:30+00:00 December 5th, 2016|Homepage, INTERVIEW, Professeur|0 Comments