INTERVIEW

1.11.2016

Kristel JURADO 

Chargée de politiques à la Direction Générale des Affaires maritimes et de la Pêche à la Commission Européenne

Diplômée de la promotion 2013 du Master 2  Politiques Européennes, Kristel a accepté de répondre à quelques questions sur son parcours et sur les apports de sa formation.

Diplôme : Master 2 Politiques Européennes

Stage de fin d’études : Stage à la Commission européenne au sein de la Direction Générale des Affaires maritimes et de la Pêche

Job Actuel : Chargée de politique à la Direction Générale des Affaires maritimes et de la Pêche de la Commission européenne

Quel a été votre parcours depuis la fin de votre Master en quelques mots ?

À la suite de mon stage de fin de Master à la Commission européenne en 2013, j’ai obtenu un poste de chargée de politique dans la Direction-Générale des affaires maritimes et de la pêche (DG MARE) de la Commission européenne, que j’occupe toujours depuis.

Quels sont pour vous les trois mots qui résument le mieux la formation Politiques Européennes ?

Diversité, Ouverture, Professionnalisation.

Qu’est-ce-qui vous motive le plus dans votre poste actuel ?

La polyvalence de mon poste me pousse chaque jour à apprendre sur les domaines spécifiques des affaires maritimes et de la pêche, au niveau régional, européen et international, ainsi qu’à me dépasser pour accomplir des tâches aussi diverses que l’écriture de documents politiques/législatif, la gestion de projets et d’appels d’offres ou à propositions, ou l’organisation d’événements internationaux et la négociation avec des acteurs clés.

Si vous deviez changer / recommencer quelque chose dans votre parcours, qu’est-ce que ce serait ?

J’aimerais avoir suivi en parallèle de mes études une formation juridique et avoir eu le temps d’apprendre une autre langue. Cependant, il n’est jamais trop tard et je compte poursuivre me former tout au long de ma carrière.

Quel conseil auriez-vous aimé que l’on vous donne lorsque vous étiez étudiant ?

Dans toutes démarches professionnelles, il est essentiel de laisser un bon souvenir, car cela peut ouvrir des portes. Il faut aussi oser, entreprendre, faire des candidatures spontanées, décrocher le téléphone, appeler un contact intéressant, rechercher de l’information…

Où pensez-vous que l’Europe a le plus besoin d’étudiants formés par le Master de l’IEP ?

Les groupes d’intérêts, les cabinets de conseils.

Avez vous une anecdote de votre parcours que vous vous voudriez partager ?

L’une des expériences les plus marquantes de ce master a été la simulation faite dans le cours de représentation d’intérêts. Chaque groupe a su montré ses forces, et parfois ses faiblesses, mais il était intéressant de voir comment chacun réagissait aux questions et aux interventions des “députés” auprès desquels nous devions défendre nos intérêts. Ce fut un exercice très enrichissant et qui nous a aussi permis de nous mettre dans une situation que nous pourrions rencontrer dans notre vie professionnelle future.

Partageriez-vous avec nous le niveau de votre salaire actuel ?

Pour les agents contractuels, les salaires s’échelonnent de 1 600 euros au minimum à 5 800 euros au maximum.

Est-ce que l’organisation ou l’entreprise dans laquelle vous travaillez recrute des stagiaires du profil de l’IEP ?

Les institutions européennes, et notamment la Commission européenne, recherchent des stagiaires possédant un profil IEP, ainsi que d’autres profils plus spécialisés. La Commission européenne propose des stages “Livret bleu” (“blue book”). Ce sont des stages rémunérés d’une durée de 5 mois débutant soit en mars, soit en octobre. Il est essentiel de s’y prendre à l’avance car les procédures de pré-sélection commencent plusieurs mois avant. Il existe également la possibilité de faire des stages “atypiques”, non rémunérés, tout au long de l’année.